La Confédération Africaine du E-commerce (CAE)

146

Jouissant d’une reconnaissance nationale et internationale, et à travers les échanges avec les responsables des confédérations régionales et continentales du e-commerce, la délégation de la FNEM était souvent interpellée au sujet de la création d’une confédération africaine du e-commerce (CAE), une ambition nourrie au fil des années au sein même de la Fédération depuis sa création en 2008.

L’initiative fut alors prise par la FNEM de créer cette confédération, mobilisant, à cet effet, les Fédérations et Associations du e-commerce du continent africain, en les invitant à y adhérer dans le but de construire un avenir commun main dans la main.

Mais avant cela, elle a fait un travail de prospection, d’études et de benchmarking qui a permis de dresser le constat suivant : Plus de 281 millions d’e-consommateurs en Afrique ; Absence d’initiatives concrètes des professionnels africains visant à unir les compétences et les capacités au sein d’un organisme favorisant le développement du secteur dans le continent ; Manque d’intérêt des entreprises africaines pour les opportunités de développement de leurs chiffres d’affaires à travers l’e-commerce (B2B et B2C) ; Absence d’une vision globale pour le développement du e-commerce en Afrique ; et absence d’associations nationales dans la majorité des pays africains et de statistiques sur le secteur à l’échelle continentale.

La FNEM n’a pu laisser passer l’opportunité d’appeler à l’union dans un esprit gagnant-gagnant.  La FNEM a donc lancé cet appel à l’adhésion et la solidarité dont les avantages seront sans limites pour les entreprises, les gouvernements, les citoyens et les associations nationales, en ayant la conviction que la Confédération sera une force de proposition, de négociation et de lobbying aussi bien à l’échelle africaine qu’à l’international et s’attèlera à protéger l’Afrique contre l’invasion des géants du e-commerce et restituer le contrôle de l’économie numérique africaine aux Africains.

La création de cette Confédération, programmée en 2019, sera conditionnée dès le début par l’atteinte de plusieurs objectifs ambitieux : L’établissement d’une structure facilitant le dialogue et la coopération entre ses membres ; la mise en place d’une plateforme pour l’échange d’expériences dans le commerce électronique en Afrique ; la représentation de l’Afrique dans les forums internationaux ; le développement de MarketPlaces nationales pour les pays africains membres ; La promotion des initiatives visant à permettre l’échange d’opportunités commerciales et le développement du commerce électronique…

Pour l’atteinte de ces objectifs et autres, la FNEM partage avec les associations du continent son expérience, ses documents, son mode d’organisation et son expertise. A travers cette initiative, la FNEM ne cherche à prendre le lead dans le secteur du e-commerce au niveau africain, même si le challenge est de positionner le Maroc en Hub numérique africain. Son action s’inscrit dans la politique de coopération sud-sud inspirée de la Vision Royale proactive et pragmatique, qui participe de l’anticipation des enjeux qui dessineront l’Afrique de demain. La Confédération appartiendra à tous les Africains.

‘’Il est temps que les richesses de l’Afrique profitent à l’Afrique’’, a déclaré le Roi Mohammed VI, dans son discours lors du 28ème sommet de l’Union africaine.

L’ambition qui suit la création de la CAE serait d’organiser deux grands événements :  la table ronde africaine du e-commerce et l’Africa Ecommerce Summit.

Africa Ecommerce Summit est le projet phare de la Confédération Africaine du e-commerce et qui fait partie des objectifs à atteindre du plan d’action à moyen terme. Ce sera le carrefour incontournable des professionnels du commerce électronique africains et une occasion pour débattre des défis à relever.

La table ronde E-Commerce africaine marquera d’une pierre blanche le secteur du commerce électronique dans le continent africain puisqu’elle contribuera à fructifier les échanges autour de l’actualité du secteur en Afrique et d’ouvrir la voie aux réflexions fertiles visant à tirer vers le haut les professionnels et d’être aussi une force de proposition dans le cadre des négociations sur les réglementations ou les décisions relatives au commerce en ligne.

Pour plus d’informations, veuillez consulter le site web ci-après : www.ecommerce-africa.org

PARTAGER